CMapTools pour favoriser l’intégration des connaissances

Par Marilyn BouchardEnseignante en Biologie, Collège Lionel-Groulx

Dans le cadre des cours de Biologie visant l’étude de l’anatomie et de la physiologie, tant humaine qu’animale, les étudiantes et les étudiants sont amenés à produire des schémas de concepts pour démontrer les liens fonctionnels et les interactions qui existent entre les systèmes composant un organisme et lui permettant de maintenir un état d’homéostasie. Cette stratégie d’apprentissage visant l’intégration des connaissances est utilisée dans plusieurs programmes, notamment en Sciences de la nature, Sciences humaines, Soins infirmiers et Techniques de santé animale. En reliant des concepts (boîtes de textes) par des flèches, légendées de manière à définir la nature de leur relation, les étudiants obtiennent une vision globale et acquièrent une meilleure compréhension de la problématique. Ils peuvent ainsi mieux intégrer leurs connaissances en visualisant les nombreux liens qui existent entre les organes d’un organisme.

Il existe plusieurs logiciels servant à la réalisation de schémas de concepts. Le logiciel CMapTools (version pour ordinateur) est gratuit et très convivial. Simple d’utilisation, il offre de multiples possibilités. Il convient autant pour les nouveaux utilisateurs, que pour les plus expérimentés. Plusieurs options de mise en forme sont disponibles (police, forme des flèches, alignement des concepts, insertion de caractères spéciaux). On peut même y insérer des ressources (images, liens hypertextes, commentaires).

L’utilisation de logiciels informatiques nécessite cependant d’avoir accès à une salle informatique ou que des ordinateurs portables soient apportés en classe afin de pouvoir réaliser les schémas. Bien qu’il soit simple d’utilisation, l’apprentissage du logiciel demande aussi un certain temps d’adaptation. Il faudra donc planifier une courte période de temps pour enseigner son utilisation et permettre aux étudiants de s’approprier ce nouvel outil. Le temps en classe est ensuite consacré à la réalisation des schémas de concepts et au soutien des étudiants par l’enseignant.

L’utilisation de cette méthode d’apprentissage doit se faire de manière progressive. En premier lieu, l’étudiant complète des schémas de concepts à partir de canevas déjà conçus par l’enseignant (voir la figure 1, ci-dessous). L’utilisation de canevas préconçus est facilitante pour l’étudiant. De plus, cela simplifie l’évaluation lorsque ces schémas sont corrigés par l’enseignant. Dans cette première étape de l’apprentissage des schémas de concept, le processus d’apprentissage est plutôt passif, en plus d’être restrictif quant au potentiel d’intégration des apprentissages par l’étudiant. Cela constitue tout de même un exercice formatif qui permet aux étudiantes et aux étudiants de se familiariser avec le principe de l’intégration en visualisant les liens qu’ils doivent faire entre les concepts.

Canevas de schémas CMap
Figure 1 – Exemple d’un canevas de schéma de concepts conçu par l’enseignant avec quelques éléments pré-remplis.

Les étudiants seront ensuite amenés à réaliser des schémas par eux-mêmes. Les schémas s’étofferont au cours de la session, pour en arriver à la conception intégrale de schémas de concepts complexes. La réalisation de tels schémas placent alors les étudiants en situation d’apprentissage actif. La progression de l’apprentissage de la réalisation des schémas de concepts peut se faire à l’intérieur d’un seul cours durant une session donnée, ou encore s’étendre sur toute la durée d’un programme, de sorte que les schémas puissent se complexifier d’une session à l’autre durant tout le cheminement de l’étudiant.

Durant l’activité, le rôle de l’enseignant consiste essentiellement à guider les étudiants vers l’objectif ultime, soit l’intégration de leurs connaissances, en ayant toujours en tête le schéma final à obtenir pour bien orienter le travail des étudiants. Et puisque chaque étudiant a sa propre vision de la problématique, chaque schéma de concepts devient unique en soi, ce qui amène un certain lot de difficultés pour l’enseignant, surtout lorsqu’il s’agit d’évaluer ces schémas. Il faut donc faire preuve de souplesse et savoir s’adapter face à la diversité! La clarté des consignes est donc indispensable pour assurer une certaine cohérence entre chaque schéma et l’équité dans leur évaluation. Ainsi, l’organisation du schéma, la pertinence des liens entre les concepts et la présence de contenus essentiels constituent les principaux critères de correction des schémas de concepts.

La réalisation de schémas de concepts s’avère donc une stratégie d’apprentissage efficace, aux possibilités multiples; il faut simplement laisser libre cours à son imagination! Cette stratégie, qui peut s’appliquer autant dans des contextes formatifs que sommatifs, favorise activement l’intégration des connaissances en plaçant les étudiants au centre de leur apprentissage. Ceux-ci ont tôt fait de vous étonner par les liens qu’ils sont en mesure de faire dans les connaissances qu’ils ont acquises!

Séparateur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *